aah

  • Réforme des minima sociaux : l’APF pour la reconnaissance de la "spécificité" de l’AAH

    Suite à la volonté du gouvernement de réformer les minima sociaux, le député Christophe Sirugue, chargé de la mission parlementaire sur ce thème, a réuni mercredi pour la première fois son groupe de travail.

    L’APF, qui fait partie de ce groupe de travail, compte bien prévenir des effets pervers non contrôlés et désastreux d’une harmonisation non vigilante et faire valoir que l’allocation adulte handicapé (AAH) n’est pas un minimum social comme les autres.

    En effet, la précarité frappe très fortement les personnes en situation de handicap qui vivent pour la plupart sous le seuil de pauvreté toute leur vie durant. Elles sont trois fois plus pauvres en condition de vie que le reste de la population. En outre, les restes à charge du fait notamment d’une compensation du handicap largement insuffisante sont nombreux (réparation de matériel, produit de soins ou prestations non pris en charge, achat de matériel indispensable, financement d’un nombre ou du coût horaire effectif d’une aide humaine...) et supportés sur leurs moyens d’existence amputant d’autant leur reste à vivre effectif.

    Les conclusions de la mission parlementaire sur les minima sociaux seront rendues fin mars.

    L’APF espère que cette mission n’amènera pas à un énième rapport mais bien à une simplification et une amélioration de la vie des personnes concernées.

    Sans oublier que pour l’association, la vraie réforme serait la création d’un revenu d'existence personnel pour l'ensemble des personnes en situation de handicap (AAH, pensions d’invalidité, rentes accident du travail...) ne pouvant pas ou plus travailler du fait de leur handicap ou de leur maladie invalidante.

    7 commentaires Lien permanent Imprimer
  • PLF 2016 : Une victoire pour les personnes en situation de handicap qui font reculer le gouvernement !

    aah,plf,budget,reculHier soir, au cours de l’examen de la seconde partie du projet de finances 2016 (PLF) en séance publique à l’Assemblée nationale, le gouvernement a annoncé le retrait de la mesure scandaleuse concernant le calcul de l’AAH !

    Un recul obtenu notamment grâce à une forte mobilisation citoyenne via la pétition initiée par l’APF change.org/HandicapStopIndecence dont le nombre de signataires a doublé en 24h pour atteindre plus de 48 000 soutiens aujourd’hui et à l'intervention de l'APF auprès des différents groupes parlementaires !

    Une victoire teintée d’inquiétudes toutefois puisque le gouvernement demande à ce que ce sujet soit repris dans le cadre de la mission parlementaire sur les minima sociaux confiée à Christophe Sirugue.

    Pour l’APF, il est temps de considérer la création d’un revenu d’existence personnel pour l'ensemble des personnes en situation de handicap (AAH, pensions d’invalidité, rentes accident du travail...) ne pouvant pas ou plus travailler du fait de leur handicap ou de leur maladie invalidante !

    Pour lire le communiqué complet, cliquez ici

    23 commentaires Lien permanent Imprimer
  • Alerte / PLF 2016 : Main basse du gouvernement sur les ressources des personnes en situation de handicap !

    plf, aah, aplL’Association des Paralysés de France (APF) lance une alerte vigoureuse sur l’impact des mesures du projet de loi de finances (PLF) pour 2016 sur les bénéficiaires de l’allocation adulte handicapé (AAH) et de ses compléments. Les nouveaux modes de calcul de l’AAH et de l’APL proposés par le PLF 2016 vont avoir un effet désastreux sur le niveau de vie de plusieurs centaines de milliers de personnes en situation de handicap.

    Le PLF 2016 en prévoyant de prendre en compte dans le calcul de l’AAH les menus intérêts des livrets non soumis à l’imposition sur le revenu va faire perdre des sommes considérables à plus de 200 000 personnes, parmi les plus vulnérables, en les excluant de leurs droits connexes (complément de ressources et majoration pour la vie autonome). 

    Et cela ne suffisant pas, le PLF prévoit également d’intégrer le patrimoine et le montant exorbitant de certains loyers dans les critères d’éligibilité de l’aide personnalisée au logement (APL) sans s’interroger sur l’impact de cette mesure sur les personnes en situation de handicap. 

    Ces deux décisions vont venir aggraver considérablement les conditions de vie déjà précaires d’un grand nombre de citoyens qui vivent déjà sous le seuil de pauvreté. Pour une poignée d’euros, le gouvernement est prêt à sacrifier les personnes en situation de handicap.

    C’est pourquoi l’APF, révoltée par ces nouvelles mesures d’économie prises sur le dos des citoyens les plus pauvres, dit « Stop à l’indécence ! » et lance une pétition en ligne sur www.change.org/HandicapStopIndecence pour appeler le gouvernement et les parlementaires à les supprimer.

    Pour télécharger le communiqué complet, cliquez ici

    11 commentaires Lien permanent Imprimer
  • PLF 2016 : Le gouvernement prêt à aggraver la situation financière déjà précaire des personnes en situation de handicap !

    Dans le cadre du projet de loi de finances 2016, le gouvernement prévoit de prendre en compte les revenus des livrets non imposables (livret A, livret d’épargne populaire) dans le calcul du montant de l’Allocation aux Adultes Handicapés (AAH). L’AAH est un minimum social qui se monte, après une revalorisation misérabiliste au 1er septembre 2015, à 807,66 euros. Son montant est bien inférieur au seuil de pauvreté de 977 euros.

    Les revenus d’épargne issus de ces livrets représentent des sommes dérisoires à l’échelle des économies que l’Etat français doit réaliser. Mais pour les personnes en situation de handicap, aux ressources déjà faibles, ces petits revenus sont essentiels pour vivre au quotidien.

    Le Comité d’Entente s’insurge : « C’est un scandale, pour des économies de bout de chandelle, l’Etat est  prêt à grever les ressources déjà faibles des plus vulnérables. »

    Le Comité d’Entente demande au Gouvernement de renoncer à cette mesure et aux parlementaires de rejeter cet article qui vient renforcer l’exclusion des personnes concernées.

    Pour télécharger le communiqué, cliquez ici

    12 commentaires Lien permanent Imprimer
  • Economies de 50 milliards d'euros : Un plan qui aggrave la précarité des personnes en situation de handicap !

    L’Association des paralysés de France (APF) déplore les annonces faites hier par le Premier ministre dans le cadre du plan d’économies de 50 milliards d’euros, qui impactent les ressources, déjà faibles, des personnes en situation de handicap !

    Si l’AAH (allocation adulte handicapé) n’est pas gelée, elle n’en reste pas moins largement sous le seuil de pauvreté ! Et une augmentation du niveau de l’inflation ne constitue en aucun cas une amélioration du pouvoir d’achat des personnes en situation de handicap !

    Quant aux pensions d’invalidité, elles sont purement et simplement gelées jusqu’en octobre 2015, soit une perte sèche de pouvoir d’achat pour les nombreuses personnes en situation de handicap qui en bénéficient !

    L’APF demande au Premier ministre que les pensions d’invalidité et les retraites les plus faibles ne soient pas gelées et qu’une réponse concrète et durable à la précarité des personnes en situation de handicap soit apportée dans le cadre de la mission de François Chérèque sur la pauvreté.

    L’association rappelle qu’elle demande la création d’un revenu égal au montant du SMIC brut et soumis à cotisations pour toutes les personnes ne pouvant pas ou plus travailler.

    Lire le communiqué de presse

    16 commentaires Lien permanent Imprimer
  • Pauvreté et handicap : le Comité d’Entente déplore les limites de la mission Chérèque

    Dans un courrier adressé au Premier ministre –avant le remaniement-, le Comité d’Entente déplore la limite des ambitions portées par la mission confiée à Monsieur François Chérèque et à Madame Christine Abrossimov. En effet, les délais impartis à la réalisation de la mission et la délimitation d’un périmètre réduit aux difficultés d’accès aux droits existants ne permettent pas d’atteindre l’objectif fixé initialement par le CIH qui tendait à « évaluer » la pauvreté des personnes handicapées.

    Le Comité d’Entente demande que l’ensemble des questions puisse être abordé, y compris l’examen des niveaux et périmètres des aides et contraintes existantes.

    1 commentaire Lien permanent Imprimer